jeudi 2 mai 2013

en voiture Simone ou il y a une arête dans mon plan cul

D'avoir été dans une rencontre si décevante avec Vincent et si terriblement chargée en pathos, je me sentais prête à une nouvelle aventure mais cette fois-ci j'allais suivre les conseils de Roland pour rencontrer un mec chaud mais non pas ce culturiste débile qui m'avait écrit et sur lequel mon ami fantasmait et revenait immanquablement en me faisant du chantage affectif, répétant un " s'il-te-plaît, fais-le pour moi, ne gâche pas cette occasion" alors que j'étais peu réceptive à la plastique particulière du monsieur, le muscle à la terminator m'attirant fort peu.
Certes, le monsieur au crâne par ailleurs dégarni - créant ainsi une superbe harmonie entre tête et biceps -  avait des goûts et dons labiaux qui auraient pu me faire céder mais je lui préférais néanmoins un jeune sri lankais avec lequel je discutais depuis peu et qui était particulièrement chaud.

Un plan cul voilà ce que je voulais!

Si parfois nous avons un désir de tendresse, même avec des inconnus ou de massages sensuels, le printemps arrivant, mes hormones en émoi d'avoir découvert ce nouveau jeu de galipettes et acrobaties on the bed, m'entraînait plus ce jour-là dans un road movie sauvage où j'avais envie de rencontrer le cow boy domptant avec force le taureau (ou la vache folle) qui était en moi.

Le jeune homme était très chaud et le dialogue sans grande ambiguïté dans sa teneur: Thushanth 23 ans mais paraissant bien plus sur la photo, m 'expliquait qu'il aimait pénétrer tous les orifices d'une dame si possible gironde et qu'il avait un sexe bandant dur comme du béton armé...lui même était assez grand et fort.

Ma foi, le printemps entamé  provocant une lascivité certaine sur mon organisme, je décidai de répondre par l'affirmative à son annonce et nous nous donnâmes rdv au café du coin, afin d'être pragmatique. Quelques heures plus tard après mon opinement pour le moment seulement épistolaire, et pile à l'heure au rdv, entra un jeune sri lankais au visage débonnaire et fort...rond.

Nous bûmes un café tandis que le jeune homme au sourire resplendissant me dit en guise de préanbule "je m'appele Thushanth, mais appele moi Kevin si tu préfères: cela fait plus français"...Voilà, voilà, voilà... j'avais dû oublié que la france était une ancienne colonnie des states et sans faire un outrage nationaliste , je preférais la douceur et l'extotisme du prénom d'origine que j'imaginais cingalais à celui de l'oncle Tom.

"- C'est cool tu ressembles à tes photos, mais tu n'es pas ronde!"
 Si, si, vil flatteur je le suis, en revanche toi tu n'est pas tout à fait fort dans l'acceptation la plus académique du terme... Il était néanmoins super sympa, faisait très "homme" et non ado attardé malgré ses sept ans de moins que moi, du charme... et j'avais envie d'un plan cul, aussi au bout de 10 mn nous abandonnâmes le café du coin pour mon antre.
Dans un empressement nous nous déshabillâmes et tandis que je défaisais la boutonnière de son jean, j'entendis un "aaaaaaah je bande dure pour toi, bébé"
Bébé? quel qualificatif incongru, j'étais de 7 ans plus âgée et le connaissais depuis à peine quelques heures pour entamer déjà la valse des mots doux...ouch
-"oooh oui kevin, met ton stetson et faisons donc un rodéo en écoutant la musique de Dallas, my love"
Non! je ne prononçais pas mes pensées et préférais me consacrer sur la première moitié de la phrase, plus exactement à découvrir la première moitié de la phrase, car sous le ventre relativement proéminent de Thusthanth je ne voyais rien et sentais poindre un fou rire en repensant à une planche d' Achille Talon où son patron, le rédacteur en chef de Pilote, s'exclame : "mais Talon vous êtes nu!" tandis que celui-ci répond: "mais non sot"et levant son ventre dévoile un superbe slip léopard.



Thusthanth s'allongeant nu sur mon lit, je découvris alors avec stupeur un micro phallus, pas plus long que mon index ni beaucoup plus large...Au vu de l'irrigation de son braquemart, mon jeune ami pouvait sans grosse difficulté effectivement bander dur et à ce moment-là, sans nul complexe, il me présentait sa virilité comme s'il s'agissait d'un d'étalon de casting x.

Je me taisais sur mes pensées oiseuses et commençait avec ma langue à titiller son gland avant de prendre et sucer entièrement sa queue...il soupirait d'aise dans ces ô combien justifiés amuse-gueules pour soudain s'écrier "oh bébé qu'est ce que tu suces bien!"

Le terme de bébé ignoré, je ressentis alors une vanité affreuse et une terrible satisfaction narcissique qui me rappela vite combien j'aurais dû éviter de me moquer de Roland quelques jours plus tôt lorsque tout excité il m'appela afin de me raconter qu'une de ses rencontres lui avait dit qu'il avait un superbe cul! J'avais alors gloussé car mon ami d'une vive intelligence et très cultivé méprise tout compliment de cet ordre : vous pouvez lui dire que son travail artistique est génial ou minable, cela le laissera de marbre, seul compte son envie de faire et quoi faire, idem pour ses qualités intellectuelles en revanche qu'un simple inconnu lui dénonce un compliment sur son anatomie ou ses performances d'amant et il ronronne tel un chat ayant lapé son lait (qui n'est pas forcément écrémé en la situation)
Eh bien, lors du compliment de Thusthanth je commençais également à me rengorger, situation oblige, lorsque dans son enthousiasme il continua "on dirait que tu manges ou suces un gâteau"



oh le con! je débandais mentalement...en bref, mes yeux de ronde étincelaient croyant voir un sucre d'orge mais oops blonde oblige je me serai trompée et suçais joyeusement une bite déguisé en coton tige!

Du coup, j'arrêtais mon élan et Tusthanth en profita pour mettre un préservatif afin de concrétiser notre belle union. et tandis qu'il me prenait en missionnaire, enfin me sembla t-il au vu de mon peu de sensation, je vis alors mon amant commençait une respiration accélérée du plus bel effet, dans un rythme soutenu et régulier qui me rappela un premier temps les exercices de respiration pour les femmes enceinte avant d'avoir la joie de découvrir que j'étais monté dans un wagon de l'orient express... je mourrais d'envie d'actionner la vapeur de ma locomotive en lui criant un "tchou! tchou"" ou m'exclamer "le train rentrera en gare de bustydoll à 15h10, veuillez attendre l'ouverture des portes avant de monter" mais je tirais mentalement ma sonnette d'alarme, pensant qu'il ne priserait guère cet humour, me limitant à observer le paysage de ce périple, surtout à ce moment fatidique où visiblement mon plan cul était enfin arrivé à bon port et tant pis s'il y avait une arête dans mon plan cul!

4 commentaires:

spermufle a dit…

Miséricorde, c'est donc ainsi qu'on écrit "Tushane"...

Cyrille a dit…

mazette, si je ne savais que c'était vrai, je jurerais que c'est faux :)

belle histoire

Christophe Vagant a dit…

L'avantage avec le micro-penis c'est qu'on peut faire la gorge profonde sans peine.

busty doll a dit…

Tout à fait! il faut toujours regarder le pratique d'une situation... il y avait un aspect terriblement confortable... mmh cela dit à part avaler les couilles également, le micro penis est parfois hélas un peu timoré et préfère rester dans la caverne plutôt que s'égarer dans des gorges...