lundi 8 avril 2013

Pour vous Mesdames 1


J’avais peur que mon ami réprouve le fait de ne pas avoir accepté la proposition de Benoît pour une turlutte. Certes me raconter ses mésaventures maritales ne m’avait guère excité, et posé un cas de conscience (à quel point en acceptant devenais-je complice de son infidélité, valeur à mon goût sine qua none au bon fonctionnement d’un couple ?) mais en toute honnêteté, j’avais ressenti une certaine peur, et je me voyais mal commencer ainsi mes expériences sexuelles. Ronan, au contraire, de mes spéculations, approuva mon refus : « Il ne faut pas donner de la confiture aux cochons », disait-il. En revanche, je devais poursuivre sur ma lancée. J’étais bien d’accord. L’expérience Benoît avait eu le mérite de dédramatiser ces rencontres et de relativiser mes angoisses quant aux hommes, voire à l’acte sexuel.




Mais qui pouvais-je choisir ?

Je regardais dans mes « fichiers » que j’avais imprimés et gardés précieusement dans un dossier réservé à cet effet, vestige de mes années étudiantes où je classais méthodiquement mes cours. Ces anciens mails, ces propositions-là, je les chérissais presque autant que s’il s’agissait de lettres d’amour. On en était pourtant loin, avec notamment un « Salut, je suis pervers de la grosse, j’adore les bourrelets et j’ai besoin de me vidanger les couilles. Ps : je suis sensible aussi ! ».

Je me disais que c’était un matériel incroyable, que je pourrais recycler pour un projet artistique à défaut d’autre chose.

Je revenais sur une ancienne réponse, émanant d'un type qui avait envoyé sa photo. Mes amis le trouvaient pas mal et m’avaient alors conseillé de lui écrire, mais à l’époque j’étais trop obsédé par Loïc. C’était lui que je voulais et nul autre.

Les choses avaient changé.

Bon, après moult hésitations, j'en choisis un. J’avoue que je ne le trouvais pas génial sur la photo. Il paraissait un peu trop gentillet et s'était fendu d'un simple :

« Salut,

stef 30 ans sur paris 175 64 simple. ma photo est jointe ne soit pas trop sévère. Réponds stp même si négatif.

A + Stef »

J’allais sur le site d’où m’était parvenu ce message et le retrouvai grâce à son pseudo. Son annonce s’intitulait « Pour vous mesdames » et l’on pouvait y lire : « jeune homme de 30 ans recherche rencontre sans prise de tête. Age et physique indifférents ».

En fait, il me convenait assez malgré tout. La photo le faisait apparaître banal : de jolies lèvres assez charnues, un agréable ovale de visage, des yeux marrons, le front très, mais alors très dégarni. Le côté un peu trop sage venait de son col de chemise ou polo bleu, attaché jusqu’au dernier bouton, dépassant d’un pull gris bleu, et de son regard de cocker. Il se moquait de mon allure et semblait aussi timoré que moi, point positif car du coup il ne m’inquiétait a priori pas vraiment, et puis j’étais particulièrement décidée.

Je lui écrivis un mail, invoquant une vague excuse justifiant le si long délai précédant ma réponse (plusieurs mois, en fait), du genre "Mon ordinateur était cassé"… Il me répondit le soir même et nous convînmes d’un rendez-vous pour le jeudi suivant. Voilà qui me laissait un peu de temps pour me préparer psychologiquement.
Cette fois-ci, je lui proposais un rendez-vous préalable dans un café près de chez moi. Je réfléchis et trouvai le « café des rigoles », au bout de ma rue. C’était un bar de quartier sympa où nous pourrions discuter tranquillement.

Je lui donnai mon n° de portable (instrument indispensable pour ce genre de rencontre) afin de le rassurer, lui montrer que j’étais bien décidée à une rencontre réelle et de ne pas lui poser de lapin.



Aucun commentaire: